Salsa cubaine

A Cuba, une danse populaire appelée casino s’est faite connaître à l’étranger sous le nom de “salsa cubaine”, afin de la distinguer des autres styles de salsa dans les années 70. Danser le casino est une expression de la culture sociale populaire de Cuba.

 

Le terme casino fait référence aux “casinos desportivos”, les grandes salles de danse où l’on dansait à partir du milieu du XXè siècle.

 

Historiquement, la salsa cubaine tient ses origines du son, combiné avec des figures et des tours adoptés du mambo cubain, du cha cha cubain, de la rumba guaguancó et du jive nord américain.

 

Auparavant, la salsa cubaine était dansée à contre-temps, comme le son, le danzón et le cha cha cha. Cela signifie que contrairement aux formes plus récentes de salsa, aucun pas ne marque le 1er et le 5è temps, dans le schéma de la clave et les 4è et 8è temps sont marqués.

 

Cependant, ce qui fait vivre la danse n’est pas le côté technique, mais c’est la richesse du vocabulaire de la danse afro-cubaine dans la salsa cubaine. Un danseur de salsa cubaine mêle à sa danse des moments d’improvisation qui empruntent à d’autres danses, en intégrant des mouvements, des gestes et de longues séquences de l’héritage folklorique et populaire. C’est particulièrement le cas des cubains originaires d’Afrique. De telles improvisations peuvent inclure des extraits de rumba, danses pour les divinités africaines, d’anciennes danses populaires telles que le cha cha cha et le danzón, ou autres.

 

Dans ce cours, vous vous familiariserez avec les différents styles de salsa cubaine:

 

salsa cubaine en couple (“parejas”): la salsa cubaine se danse en triangle (3 points) , cela induit des mouvements circulaires où les deux partenaires sont face à face et réalisent des figures ou passes complexes les bras. En cela elle se distingue du style nord américain qui est dansé “en ligne”.

 

En salsa cubaine, les hommes assument leur côté “macho” (inspiré de l’influence afro-cubaine guaguancó) et les femmes leur côté sexy, avec des isolations du corps et des muscles à travers l’influence de la rumba. Au cours de la danse, les partenaires se séparent souvent pendant les solos de percussions et font des “shines” (“despelote”), une sorte de styling dans lequel l’homme et la femme se rapprochent physiquement, et se taquinent/cherchent sans se toucher grâce aux mouvements de hanches et d’épaules.

salsa cubaine en solo (“suelta”): se danse sans partenaire. Tient son origine des danseurs et chanteurs qui étaient sur scène et faisaient des chorégraphies pendant les concerts. La version solo peut se danser seul(e) ou en groupe (habituellement avec l’homme qui est face à la femme sur la piste de danse), combinant jeux de jambes et mouvements entraînants du corps.

Planning des cours