Salsa portoricaine

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est à New York, vers le milieu des années 1970 que la salsa portoricaine est née. Dans les années 1950, des habitants de Porto Rico et des Caraïbes quittent leur pays pour émigrer aux Etats Unis. Ils s’installent alors à Spanish Harlem, quartier de l’East Harlem de Manhattan. C’est là que des musiciens reprennent les rythmes du son cubain (en particulier du son montuno des années 1920), du cha cha cha, du mambo, de la guaracha de Cuba, de la plena et la bomba de Porto Rico. C’est de ce mélange qu’est née la salsa portoricaine.

 

La salsa portoricaine a évolué au fil du temps en incorporant des éléments des danses afro-cubaines et afro-caribéennes comme le guaguanco et la pachanga.

 

La salsa portoricaine est technique et axée sur la précision, ce qui n’empêche pas de laisser une grande liberté aux deux partenaires et de leur permettre d’intégrer à leur style des mouvements issus d’autres danses comme le cha cha cha, la rumba, et même le tango ou le hip hop.

 

La salsa portoricaine se danse en ligne. Il est devenu courant de mêler d’autres styles de danse à la salsa : shimmy, jeux de jambes, styling des bras et des mains, ondulations du corps, tours, portés et même des passes acrobatiques.

 

Il existe différents styles de salsa portoricaine :

 

– Los Angeles Style : se danse sur le 1 (« On 1 »). C’est la forme de salsa portoricaine qui est la plus répandue à Paris. C’est celle qui est enseignée dans les cours des Cercles de la Forme. Elle est fluide et douce.

 

– New York Style : se danse sur le 2 (« On 2 »). Il se danse également en ligne et reprend les mêmes figures que la salsa Los Angeles style. La différence se situe au niveau du pas de base.

 

– Paladium New York Style : se danse sur le 2 (« On 2 »), essentiellement à New York

 

Ce cours est ouvert aux débutants.

 

Planning des cours